C’est parti pour une virée dans l’arrière pays de la Capricorn Coast, qui longe le tropique du Capricorne, vous aviez bien compris ! Les pompes à essence se font de plus en plus rares et se déroule devant nous la profonde campagne du Queensland, à perte de vue. Ces grands espaces, c’est magnifique !

Nous découvrons avec surprise Eungella, perdu au milieu de rien, le petit village nous apparaît tout en haut d’une espèce de canyon verdoyant.

A Eungella coule la Broken River. Et dans la Broken River coule non pas une vipère mais des ornithorynques qui sortent au coucher du soleil. Nous sommes donc fiers d’ajouter ces animaux incongrus à notre bestiaire. Ils sont beaucoup plus petits que nous le pensions. Ils sont marrants, ils font des bulles sous l’eau, ce qui nous permet de les repérer facilement. Avec leurs palmes, ils sont à l’aise dans l’eau, ils ont une fourrure de loutre, un bec noir, une étrange queue et avec tout ça, ils pondent des oeufs.

La forêt qui borde Eungella est tout simplement incroyable. On se croirait en pleine jungle : des arbres tous plus grands les uns que les autres, des palmiers, des cocotiers qui cotoient des arbres qui semblent avoir leur place en forêt de Fontainebleau… Nous sommes vraiment charmés par cette nouvelle facette de l’Australie.

Nous découvrons également quelques mines d’Australie, surtout de charbon, et notamment celles de gemmes, les diamants ! Les villes dans ces coins là s’appellent Saphire ou Emerald, marrant ! Les grosses mines ont des village accomodations. Des petites maisons, où les mineurs sont logés, ça forme un petit village, il y a tout ce qu’il faut dedans, parce que c’est vrai que les mines sont éloignées de tout.

Nous filons ensuite vers le Carnarvon National Park, une oasis au mileu des plaines. Un lieu qui a vu vivre les Aborigènes bien avant que les Anglais ne viennent mettre leur nez là-dedans. D’ailleurs, dans cette forêt-jungle (c’est ce qui me vient à l’esprit), on peut y voir les traces de vie des Aborigènes grâce à l’art rupestre qu’ils ont laissé ça et là. Etrange de s’apercevoir que les Australiens n’en font pas du tout la promotion, comme si ce n’était pas important pour eux, ce passé, ou plutôt comme s’ils étaient encore bien complexés de cette Histoire sanglante autour de leurs prédécesseurs.

Le Premier Ministre Australien a présenté récemment ses excuses aux Aborigènes pour toutes les atrocités dont ils ont été victimes les 300 dernières années. Ca avance doucement, ce devoir de mémoire. D’ailleurs, ce n’est que depuis peu que les Australiens affichent plus fièrement leurs racines : la majeure partie de la population est descendante de prisonniers anglais, envoyés en Australie de force… Une histoire passionnante que celle de l’Australie, je ne vais pas vous faire un cours, on sera encore là demain.

Nous allons rejoindre la côte à présent, il nous reste quelques jours pour rejoindre Sydney et nous voulons profiter à fond des derniers instants de ce côté de l’Australie.